L'île compte 2276 zones humides regroupant: les mares, les mangroves, les étangs, etc.

Le code de l’environnement définit les zones humides de la manière suivante : « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année». (Art. L.211-1). La Martinique compte plusieurs catégories de zones humides (voir le tableau détaillé dans la boîte à outils).

 

En Martinique les zones humides sont des régions intermédiaires, nombreuses et diversifiées entre le milieu terrestre et le milieu aquatique. Ces réservoirs de biodiversité se distinguent par une végétation hygrophile et par la  présence continue et momentanée d’espèces animales dépendantes de ces espaces.
Elles remplissent différentes fonctions qui sont généralement méconnues et dévalorisées :

  • Hydrologique (atténuation des inondations et des crues, protection des rivages contre l’érosion, stockage des eaux, etc.)
  • Biologique (réserve de biodiversité, zone d’échange biologique, corridor écologique, accueil et repos d’oiseaux migrateurs, etc.)
  • Economique (pêche, aquaculture, tourisme, etc.)

Les zones humides font partie du patrimoine Martiniquais et leur disparition entraînera de nombreux dégâts.
Les différents types de zones humides sont :

  • Les étangs et mares (les plus importants en nombre) surtout concentrés dans le Sud de l’île. (étang de Mignot)
  • Les lagunes dont l’une des plus connues est celle des Salines à Sainte-Anne, qui est un refuge pour les oiseaux migrateurs.
  • Les mangroves, les zones les plus emblématiques de la Martinique
  • Les étangs et mares salés ou saumâtres qui sont des étendues d’eau permanentes (étang salé de la Maison de la canne)
  • Les marais et prairies herbacées saumâtres ou salés sont souvent situés en arrière mangrove (prairie humide de Carrère)
  • Les zones humides d’altitude situées au sommet des pitons ou de la Pelée.
  • Les forêts marécageuses littorales ou de bord de ruisseaux sont recouvertes d’eau 6 mois par an. (Forêt marécageuse du Galion)
  • Les bassins d’aquaculture ou d’épuration qui ont un intérêt économique (bassin d’épuration de Champflore)

Le dernier inventaire des zones humides, mené en 2015, fait état de 2276 zones humides dont près de 2000 constituent des zones pouvant avoir un intérêt significatif pour la biodiversité.

Vous avez dit Biodiversité ?

A vous de jouer !

Qui sommes nous ?

L’Observatoire Martiniquais de la Biodiversité (OMB) est un dispositif animé par le Parc Naturel de Martinique composé de 41 membres.

Il collecte et diffuse des informations sur la biodiversité de Martinique, et constitue un outil d’aide à la décision.

 

Contactez-nous

Maison du Parc - Annexe Monsigny 

Avenue des Canéficiers - BP 437

Fort de France 97200, Martinique

05 96 644 259
Fax : 0596 647 227
c.beranger@pnr-martinique.com

 

 

 

 

Galerie photos

Quelques données

  • Nombre espèces végétales: 3 008
  • Nbre espèces mammifères terrestres: 17
  • Nombre espèces de papillons de jour: 40

Copyright © CTD Consulting 2016 OMB - Observatoire Martiniquais de la Biodiversité - Mentions légales