BILAN: Qu'a révélé l'expédition sous-marine MADIBENTHOS ?

Au début du mois de Décembre dernier, le Museum National d'Histoire Naturelle a tenu un ensemble de conférences, un peu partout en Martinique, pour présenter le bilan de l'expédition MADIBENTHOS.

Pour rappel MADIBENTHOS c'est 60 participants13 pays34 jours de plongée sous-marine, et 14 institutions scientifiques, pour ce qui fut la plus grande expédition sous-marine jamais réalisée en Martinique. 

Dans le cadre de ces conférences les membres de l'expédition Madibenthos ont livré leurs conclusions sur l'état de nos fonds marins. Et le bilan est à la fois prodigieux et inquiétant.

Les scientifiques de Madibenthos ont été surpris par la diversité et la richesse de la faune et de la flore martiniquaises. De nombreuses espèces endémiques ont été observées. D’autres, jusque-là inconnues, ont également été découvertes.

"Beaucoup d'espèces sont rares, petites, peu abondantes, mais d’une grande diversité. Il y a encore un potentiel biodiversité, très important à la Martinique, et surtout très original. Il y a plusieurs centaines de petits invertébrés qui apparemment ne sont présents qu'en Martinique. L'expédition Madibenthos a fait de la Martinique, l'une des îles des Petites Antilles la plus intensément échantillonnée de tout l’arc antillais"précise Philippe Boucher, Professeur au Museum d’histoire naturelle de Paris et chef de mission Madibenthos.

Mais les scientifiques ont constaté une dégradation importante de l'écosystème, notamment des récifs coralliens, et la pollution en est la cause principale.

"Les récifs ont un rôle géologique à jouer. Comme les coraux poussent en permanence, ce sont des barrières auto réparatrices naturelles, qui protègent nos côtes de la houle cyclonique. Si les coraux continuent de mourir, les récifs vont régresser en l’espace de 20 ou 30 ans, et laisser passer la mer", explique Claude Bouchon, Professeur à l'Université des Antilles et spécialiste des​ ​​coraux.

Donc, quel est le rôle de l'homme dans cette dégradation ?

  • L'activité nautique de plaisance peu réglementée, et très appréciée par des locaux peu expérimentés. De nombreux coraux sont abîmés par les chaînes de bateaux.
  • L'activité immobilière et touristique sur le littoral, a pour effet la destruction de la forêt et de la mangrove, et l'artificialisation des sols. Concéquence, de plus en plus de vases de sédiments partent à la mer et se déposent sur les coraux, qui meurent lentement par asphyxie.
  • La mauvaise gestion de l’assainissement des eaux usées. Souvent rejetées dans la mer, elles sont également une source de pollution importante.

Néanmoins, des solutions existent pour remédier à ce phénomène.La récupération des eaux d'égout, le reboisement ou encore la création d'aires marines sont des actions parmis d'autres. Les plus importantes de toutes, sont la prise de conscience de l'urgence de la situation par les collectivités locales, et également une responsabilisation de la population sur ses actes et leurs concéquences.

 

source: martinique1ere.fr / credit photo: G TOLLU

Vous avez dit Biodiversité ?

A vous de jouer !

Qui sommes nous ?

L’Observatoire Martiniquais de la Biodiversité (OMB) est un dispositif animé par le Parc Naturel de Martinique composé de 41 membres.

Il collecte et diffuse des informations sur la biodiversité de Martinique, et constitue un outil d’aide à la décision.

 

Contactez-nous

Maison du Parc - Annexe Monsigny 

Avenue des Canéficiers - BP 437

Fort de France 97200, Martinique

05 96 644 259
Fax : 0596 647 227
c.beranger@pnr-martinique.com

 

 

 

 

Galerie photos

Quelques données

  • Nombre espèces végétales: 3 008
  • Nbre espèces mammifères terrestres: 17
  • Nombre espèces de papillons de jour: 40

Copyright © CTD Consulting 2016 OMB - Observatoire Martiniquais de la Biodiversité - Mentions légales