Une histoire qui dure !

Marie-Michèle MOREAU, nous reçoit dans les locaux du Conservatoire du Littoral. Responsable de l’antenne Martinique du CL,  cette martiniquaise qui a vécu la majeure partie de son enfance et ce jusqu’à l’université dans l’hexagone, nous raconte l’histoire du Conservatoire du Littoral de Martinique, qui, vous le découvrirez, va de pair avec le retour aux sources de notre hôte.

 

Partons pour une nouvelle rencontre #BiOdivDating !

 

MM.M est issue du domaine de l’urbanisme, mais sa curiosité naturelle pour l’environnement l'a poussée vers les notions de protection de la nature. Dernier cycle universitaire, MM.M avait à cœur d’effectuer son stage de fin d’étude en Martinique, et c’est au sein d’une structure publique qui détenait à cette époque les capacités du Conservatoire du Littoral, (l’antenne de Martinique n’existait pas encore), qu’elle découvre ce qui deviendra son futur métier.  Quelques mois après ce stage, MM.M répond à un appel à candidature et intègre alors l’antenne Martinique de la structure, qui vient tout juste de se créer. Nous sommes en 1998 ! MM.MOREAU est au sein de l’antenne Martinique du Conservatoire du Littoral depuis ses premiers pas.

Depuis MM.M a grimpé les échelons, elle est aujourd’hui  responsable de l’antenne Martinique du CL. L’essentiel de sa mission est de prospecter et d’acquérir des terrains. Le CL va par la suite les protéger, en s’appuyant sur son réseau de partenaires.  L’autre mission du CL est la valorisation des sites qu’il a acquis : la mise en place de sentiers sous-marins ou de parcours pédestres sont des exemples parmi d’autres.  Dans le cas de sites interdits au public comme le Rocher du Diamant, des vidéos et des expositions photos permettent de les découvrir de plus près.

Le Conservatoire du Littoral, a été créé en 1975, il s’agit d’un établissement public présent sur toute la France, et les territoires ultra-marins. Cet éclatement permet à la structure d’avoir une vision latérale des actions menées, et de pouvoir jouir des retours d’expérience réalisés par les antennes en Europe, dans l’océan Indien et sur le continent Américain.

En Martinique, Le CL c’est avant tout deux personnes, Nadine VENUMIERE, chargée de mission et Marie-Michèle MOREAU, responsable de la structure. Mais pour parvenir à accomplir leurs tâches, elles travaillent étroitement avec des partenaires (collectivités ou associations) pour assurer la gestion des sites. 

Ces principaux partenaires sont au nombre de 5 : le Parc Naturel de Martinique, la Communauté d’agglomération de l’Espace Sud, la ville du Robert, l’association SeaToyen, et l’association Karisko, qui assurent la présence d’une quinzaine d’agents pour la surveillance, l’animation de territoire, le nettoyage mais également la préservation et l’inventaire naturel des sites dont est propriétaire le Conservatoire du Littoral de Martinique. Il faut aussi citer l’Office de l’eau de Martinique qui apporte annuellement un appui technique et financier important à ces gestionnaires.

Leurs fiertés

MM.MOREAU se souvient d’un moment qui a marqué ses 21 années de services, car selon ses propres mots « C’était impressionnant! ». Il s’agit de l’acheminement de matériels audiovisuels, nécessaires à l’observation de la faune du Rocher du Diamant, par hélicoptère ! Elles furent hélitreuillées par l’armée elle-même !   Le matériel a pu arriver non sans peine au-dessus du Rocher du Diamant.

Mais ce qui l’a le plus touché est le site du Cap Salomon aux Anses d’Arlet.  « A l’époque il y avait des parcs à cochons, des petits squats et des cabanes de pêcheurs. Les gens ne s’intéressaient pas à cette partie du littoral. Nous avons fait le pari d’ouvrir un sentier sous-marin, parmi les premiers de Martinique, une balade pédestre en mangrove ; et de réhabiliter une ancienne batterie militaire qui se trouve sur la pointe. Aujourd’hui les sites sont très visités et appréciés ! En plus ou moins cinq ans on a réussi a changer le regard des gens sur un site naturel, juste en faisant quelques aménagements légers. On en est très fier ».

Dans l’avenir

Le CL est en train d’élaborer un parcours découverte, depuis le Morne Aca au Marin jusqu’à la Plaine Petite Poterie où on retrouve les vestiges d’une ancienne habitation potière. La structure espère pouvoir prolonger le parcours jusqu’à l’Anse Figuier, à Rivière Pilote.

Un autre projet est en ce moment dans les cartons. Celui d’une boucle de randonnée à Grand Rivière, où une ancienne habitation sucrière sera réhabilitée avec un aménagement similaire à celui du Château Dubuc situé à la Caravelle.

I have a Dream !

« Mon rêve ? Que ce ne soit plus nous qui définissions les stratégies d’intervention pour la protection et la valorisation des sites naturels, mais les martiniquais ! Bref, que ce soit le grand public qui nous demande que l’on aille à tels endroits pour faire telles choses. Ça serait génial.»

 

 

 

 

Vous avez dit Biodiversité ?

A vous de jouer !

Qui sommes nous ?

L’Observatoire Martiniquais de la Biodiversité (OMB) est un dispositif animé par le Parc Naturel de Martinique composé de 41 membres.

Il collecte et diffuse des informations sur la biodiversité de Martinique, et constitue un outil d’aide à la décision.

 

Contactez-nous

Maison du Parc - Annexe Monsigny 

Avenue des Canéficiers - BP 437

Fort de France 97200, Martinique

05 96 644 259
Fax : 0596 647 227
c.beranger@pnr-martinique.com

 

 

 

 

Galerie photos

Quelques données

  • Nombre espèces végétales: 3 008
  • Nbre espèces mammifères terrestres: 17
  • Nombre espèces de papillons de jour: 40

Copyright © CTD Consulting 2016 OMB - Observatoire Martiniquais de la Biodiversité - Mentions légales