(Gliricidia sepium)

Le Glisérya ou Gliciridia (Gliricidia sepium) est un des arbres les plus populaires de Martinique. Originaire d’Amérique Centrale et du Nord de l’Amérique du Sud, le Glisérya a été introduit dans les régions tropicales de la Caraïbe, d‘Afrique et d’Asie. Connu pour sa capacité à se reproduire avec une simple bouture plantée dans la terre, il s’agit en fait de son unique moyen de reproduction. Pour des raisons qui ne sont pas encore révélées scientifiquement, le glisérya de Martinique ne produit pas ou peu de graine. Ce qui n’est pas une mauvaise chose car il serait, dans le cas contraire, une espèce extrêmement invasive. Il doit compter sur l’activité humaine pour coloniser de nouveau espace.  

Le glisérya est apprécié dans les milieux ruraux pour ses branches légères faciles à couper et manipuler, idéales pour concevoir des haies et des clôtures semi végétales. Au moment du Carême (la saison sèche) les éleveurs de bétails n’hésitent pas à lui couper quelques branches pour que les animaux se nourrissent de ses feuilles. Mais la pratique est toujours maitrisée car abuser de son feuillage peut entrainer la mort de l’animal. Le Glisérya est très concentré en azote ce qui est bénéfique au sol mais crée des gonflements si l’on en consomme trop.  

L’arbre fleurit au début du Carême, entre le mois de Janvier et de Février, où il arbore une robe mêlant le rose, le mauve et le blanc. Les fleurs sont constituées en gousse, et ont une quantité de nectar importante, attirant abeilles, papillons, colibris et autres petits insectes floricoles.  Son rôle est particulièrement important en cette saison où les autres espèces végétales fleurissent peu.

Le saviez-vous ?

  • Certains martiniquais cuisinent des beignets avec les fleurs du glisérya. Le gout oscillerait entre « quelconque » et« pas mal ».
  • Le Glisérya serait utilisé comme rodonticide, c’est-à-dire comme « Mort aux rats » naturel. Les feuilles et les fleurs une fois macérées augmenteraient leurs taux d’azote et deviendraient mortels pour les rongeurs.
  • Au Mexique, l’une de ses régions d’origine, le Glisérya est appelé « Madre de cacao », la mère du cacao. Il sert à faire de l’ombre dans les plantations de cacaoyers et de caféiers du pays.

Source: Les plantes mellifères et d'interet apicole de la Martinique (Eddy DUMBARDON - MARTIAL); J.C NICOLAS (Gardien du PNM)

Credit photo: Thierry Negi

Vous avez dit Biodiversité ?

A vous de jouer !

Qui sommes nous ?

L’Observatoire Martiniquais de la Biodiversité (OMB) est un dispositif animé par le Parc Naturel de Martinique composé de 41 membres.

Il collecte et diffuse des informations sur la biodiversité de Martinique, et constitue un outil d’aide à la décision.

 

Contactez-nous

Maison du Parc - Annexe Monsigny 

Avenue des Canéficiers - BP 437

Fort de France 97200, Martinique

05 96 644 259
Fax : 0596 647 227
c.beranger@pnr-martinique.com

 

 

 

 

Galerie photos

Quelques données

  • Nombre espèces végétales: 3 008
  • Nbre espèces mammifères terrestres: 17
  • Nombre espèces de papillons de jour: 40

Copyright © CTD Consulting 2016 OMB - Observatoire Martiniquais de la Biodiversité - Mentions légales